Requins

La grande diversité d’espèces de chondrichtyens en Méditerranée

La présence des requins et de cétacés en mer Méditerranée suscite l’attention et les questionnements des baigneurs et des plaisanciers fréquentant les plages méditerranéennes. Il est légitime de se poser cette question, car il est possible de rencontrer des requins le long du littoral provençal. Toutefois, rassurez-vous : la présence de ces prédateurs marins est très rare, et les attaques envers les êtres humains sont quasiment inexistantes.

Les requins de tailles variées

La mer Méditerranée abrite une grande diversité d’espèces de requins et de dauphins, bien que leur observation soit relativement rare.

Selon l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature, 74 espèces de poissons cartilagineux sont considérées comme résidentes des eaux méditerranéennes. Ainsi, on retrouve 40 espèces de requins, 32 espèces de raies et une unique espèce de chimère.

La plupart des requins présents en Méditerranée mesurent généralement moins de 2 mètres de long. Cependant, il existe environ dix espèces qui peuvent atteindre une taille proche de 4 mètres et quelques une qui peuvent atteindre près de 10 mètres de long. Parmi ces espèces figurent :

  • le requin-pèlerin (Cetorhinus maximus),

  • le requin-renard-commun (Alopias vulpinus),

  • le requin-renard à gros yeux (Alopias supercilliosus),

  • le requin griset (Hexanchus griseus),

  • le requin mako (Isurus oxyrinchus),

  • le requin petit-taupe (Isurus paucus),

  • le requin peau bleue (Prionace glauca),

  • le requin féroce (Odontaspis ferox),

  • le grand requin marteau (Sphyrna mokarran),

  • le requin-tigre (Galeocerdo cuvier)

  • et le grand requin blanc (Carcharodon carcharias).

grand requin blanc
requin peau bleue

Le requin peau bleue : présent et inoffensif

Le requin peau bleue (Prionace glauca) est relativement commun dans les eaux côtières de la Méditerranée. On peut souvent les trouver près de la plage de l’Almanarre à Hyères-les-Palmiers, où les femelles viennent mettre au monde leurs jeunes. Cette espèce n’est généralement pas considérée comme dangereuse pour l’homme, bien qu’une attaque ait été enregistrée en août 1986 à Gruissan, dans l’Aude. Cependant, il s’agit de la dernière attaque connue dans les eaux métropolitaines.

Le requin mako : le rapide prédateur

Le requin mako (Isurus oxyrinchus) est l’un des poissons les plus rapides de l’océan. Avec des pointes de vitesse atteignant 75 km/h sur de courtes distances, ils sont capables de poursuivre et capturer leurs proies. Bien que présents en Méditerranée, les requins mako sont rarement observés.

Le grand requin blanc : une présence exceptionnelle

Le grand requin blanc (Carcharodon carcharias) est le plus grand prédateur des océans. Sa taille imposante et sa dentition adaptée à la capture de proies de grande taille, comme les grands poissons, les mammifères marins et les tortues marines, en font une espèce emblématique. Bien que leur nombre soit estimé à environ 500 individus, ils sont devenus extrêmement rares en Méditerranée. Ces rencontres sont donc exceptionnelles et se produisent généralement en haute mer, loin des côtes. Cependant, quelques observations ont été rapportées, comme celle d’un individu dans le golfe de Saint-Tropez en 2012, à une distance d’environ 300 mètres d’une plage, et une autre au large des côtes de Camargue en 2022.

grand requin blanc
chimère monstrueuse

Les raies étonnantes et méconnues

Les raies sont également présentes en Méditerranée, mais elles sont moins étudiées et moins connues que les requins. Elles présentent une diversité surprenante en termes de formes, de couleurs et d’écologie. La plupart des raies méditerranéennes sont relativement petites, avec une envergure ne dépassant pas un mètre. Cependant, des espèces telles que la raie papillon épineuse (Gymnura altavela) et le diable de mer méditerranéen (Mobula mobular) peuvent atteindre respectivement 2 et 5 mètres d’envergure.

La chimère monstrueuse : une espèce unique

La chimère monstrueuse (Chimaera monstrosa) est la seule espèce de chimère présente en Méditerranée. Cette espèce benthopélagique peut vivre jusqu’à 1 600 mètres de profondeur et atteint généralement une taille ne dépassant pas 1,5 mètre.

Les menaces pesant sur les requins et les raies

Malgré leur relative rareté, les requins et les raies méditerranéens sont confrontés à de nombreux défis. Comme de nombreuses autres espèces de requins et de raies dans le monde, ils sont victimes des filets dérivants, de la pollution marine due aux activités nautiques et industrielles, ainsi que des effets du changement climatique qui entraînent une augmentation de la température des eaux. Ces facteurs contribuent à leur statut de protection incertain et à leur vulnérabilité face à l’extinction.
Il est essentiel de prendre des mesures de conservation pour préserver ces espèces fascinantes et maintenir l’équilibre écologique de la mer Méditerranée. La sensibilisation, la réglementation de la pêche, la réduction de la pollution et la création de zones marines protégées sont autant d’actions nécessaires pour assurer la survie de ces magnifiques créatures marines et maintenir la diversité de la vie et de la flore sous-marine dans la Méditerranée.

raie lumineuse